Documents techniques

expertise_documents

2015 – Winemaking Update n°2 – Un nouveau concept pour le vins à haut pH : ML PRIME

Avec la tendance de récolte de raisin à forte maturité, les vins présentent des pH plus élevés et une plus forte teneur en alcool, ce qui favorise le développement de bactéries indigènes susceptibles d’en altérer la qualité. Pour inhiber la croissance de la flore indigène indésirable et les altérations potentielles des caractéristiques sensorielles du vin, la co-inoculation est particulièrement intéressante pour le vinificateur. La bactérie œnologique sélectionnée Lb. Plantarum ML Prime™, offerte sous forme lyophilisée pour l’inoculation directe, et conçue pour être utilisée en co-inoculation est une solution très sécuritaire. cette bactérie œnologique est une solution novatrice pour les vins à pH élevé offrant de nombreux avantages : bonne capacité d’implantation, domination rapide et efficace en co-inoculation de la flore indésirable, achèvement rapide et complet de la FML Le métabolisme facultatif hétérofermentaire de ML Prime™ rend cette solution plus sécuritaire encore, en empêchant la formation d’acide acétique (acidité volatile) à partir des sucres hexoses. Pour en savoir plus : 2015 - Winemaking Update n°2 - Un nouveau concept pour le vins à haut pH : ML PRIME

2014 – Winemaking Update n°2 – Les bactéries oenologiques pour contrôles les phénols volatils et le développement des Brettanomyces

Le vinificateur est désormais mieux informé sur la meilleure façon de prévenir – voire même, de traiter – la contamination du vin par Brettanomyces. Il a été démontré que l’inoculation d’une bactérie œnologique sélectionnée dans le vin pour induire et accélérer le processus de fermentation malolactique est un moyen efficace de prévenir la contamination. La gestion du processus de vinification par la sécurisation de la fermentation alcoolique et de la fermentation malolactique est un bon point de départ pour la prévention de l'implantation de la flore indigène indésirable. Il importe également de bien choisir la bactérie sélectionnée en se fondant sur sa capacité d’inhiber la production d’acide hydroxycinnamique libre, comme l'acide p-coumarique, précurseur de la formation des éthylphénols par Brettanomyces. Pour en savoir plus : Télécharger pdf